La bûche de Noël


Les anglais ont leur Christmas pudding, les allemands leur Stollen aux fruits confits et en France nous avons…

La bûche de Noël.

La traditionnelle bûche que l’on brûlait dans la cheminée à la veillée de Noël a été remplacée par un entremets d’imitation.

C’est une création assez récente (postérieure à 1870) des pâtissiers parisiens.
En ce temps-là, les pâtisseries de circonstance étaient généralement des brioches ou des pains aux fruits, comme la pompe provençale.

La bûche de Noël est un biscuit roulé avec une crème au beurre, au chocolat ou au moka et décoré d’une crème reproduisant les nœuds du bois…


Selon les régions de France, la bûche de Noël prend le nom de : "cosse de Nau" dans le Berry, "tronche" en Franche-Comté, "souque" en Normandie, "mouchon" en Charente…

Mais dans de nombreuses régions, la bûche laisse place à d’autres délicieux desserts…
En Alsace, la tradition veut que l’on déguste les "lebkuche", langues de pain d’épice décorées, ou les bretzels.
Dans le Bordelais, il s’agit des "coques de Nadao", pains torsadés piqués de grains d’anis.
En Provence, point de bûche non plus. Seuls les "treize desserts", symbole du Christ entouré des ses apôtres (Pommes, poires, melons d’hiver, raisins frais, nougats blanc et noir, noix,noisettes, amandes, figues sèches, cédrat confit, pompe à l’huile et raisins secs…Et la liste n’est pas restrictive…

Néanmoins la bûche a su, au fil du temps, suivre les modes et se pare aujourd’hui de coulis de fruits exotiques, de poudrages d’étoiles ou d’un coeur glacé, car il est vrai que tout le monde n’apprécie pas la crème au beurre au chocolat ou café qui la compose. Les recettes se font originales, exotiques pour notre plus grand bonheur…Elle se décline aussi désormais, en part individuelle.

trouvé sur le site de supertoinette.com

Le marché de Noël


« Ca commençait avec les sapins. En allant à l’école, un matin, nous découvrions, dressés au coin des rues, ces cachets verts qui semblaient fermer la ville comme un grand paquet de Noël, à des centaines de coins et d’angles. Mais un beau jour elle finissait par éclater et des jouets, des noix, de la paille et des décorations d’arbres de Noëls jaillissaient de ses entrailles : c’était le marché de Noël. »

Walter Benjamin

Le temps des rêves


Le temps de l’Avent, c’est aussi de le temps d’avant Noël, le temps des désirs et des souhaits, le temps des rêves beaux (et enneigés, ndlr, lol).

Pour avancer sur notre chemin, nous avons besoin de rêver, à des possibles qui pourraient se réaliser, ou pas. Rêver c’est se donner un but et se donner les moyens de le réaliser. Parfois, rêver n’est que songerie qui embellit le quotidien envahi par le terre-à-terre, la course folle contre la montre dont on ne sort jamais vainqueur, par la nostalgie du passé ou l’inquiétude du lendemain.

citation paulo coelho

Le feu des étoiles


 

 

 

 

 

 

Quand on laisse mourir le feu de Noël, il n’y a plus qu’un moyen de le rallumer. C’est d’aller chercher le feu des étoiles.

Pierre Jakez Hélias

Posted from WordPress for Windows Phone

Les bougies de la couronne


Sur la couronne de l’Avent, on place quatre bougies. Chaque dimanche du temps de l’Avent on en allume une de plus. Plus la fête approche, plus il y a de lumière. Les quatre bougies allumées sont le symbole de la lumière de Noël qui approche et qui apporte l’espoir et la paix.

L’origine des bougies de l’Avent, c’est l’initiative d’un pasteur allemand qui décida d’allumer chaque jour une bougie disposée sur une roue, pour marquer les 24 jours qui précédent Noël. La Couronne de l’Avent avec les bougies a été inventée par le pasteur Johann Heinrich Wichern (1808-1881). Éducateur et théologien de Hambourg. Chaque matin, un petit cierge de plus était allumé et, à chaque dimanche du temps de l’Avent un grand cierge. La coutume du temps de l’Avent n’a retenu que les grands.

Chacune de ces bougies symbolise les grandes étapes du salut avant la venue du Messie :

· La première représente le pardon accordé à Adam et Eve après la chute et qu’ils furent chassés du Paradis terrestre.

· La seconde évoque la foi d’Abraham et des Patriarches qui aspiraient à la Terre promise.

· La troisième est le symbole de la joie de David dont la lignée ne s’arrêtera jamais. Elle témoigne de l’alliance avec Dieu.

· La quatrième symbolise l’enseignement des prophètes qui annonçaient un règne de justice et de paix.

Aujourd’hui, nous sommes le troisième dimanche de l’Avent, c’est donc trois bougies que nous allumerons. Clignement d'œil

La rencontre


 

La rencontre se fait parfois surprenante, comme si le hasard faisait bien les choses. En fait il le fait bien…

Pendant l’Avent, nous nous préparons à la rencontre. Tout ce qu’on sait, c’est qu’elle aura lieu, et à la maison en plus (la maison, c’est nous), mais on ne sait pas quand… On ne sait pas qui non plus.

La rencontre peut se faire n’importe quand, à nous d’être prêt pour ça. Nous attendons, nous nous préparons avec impatience, avec désir d’y être déjà pour en profiter à fond. Ou alors nous avons tout programmé afin d’être tranquille quand ce jour arrivera et apprécier intensément cet évènement.

Bientôt le jour J, ne reste plus que quelques jours. Serons-nous prêts ? La table sera-t-elle belle ? Le festin à la hauteur ?

Sommes-nous les invités ou sommes-nous les hôtes ? Il faut penser à tout pour que cet instant soit magique, que la fête soit au rendez-vous. Chaque petit détail compte. Peut-être préférons-nous vivre dans le moment présent et voir le moment venu ? Ou au contraire sommes-nous très organisés, prévoyants ?

Autant de questions qui montrent comme nous sommes tous différents face à un même évènement. Et c’est génial ! Mais ce que je trouve de plus extraordinaire encore, c’est que les fins d’années sont des moments où l’on retrouve des moments de partage, de complicité, d’ouverture.

Ne me parlez pas du côté commercial, je ne veux même pas en entendre parler. Ce qui est important, c’est l’amour qui entoure tous ces moments de préparation à la fête !

La hotte du Père Noël


Qui dit Noël, dit magie de Noël. Et qui dit magie dit conte de Noël.

Il me semble que cette année je ne vous en ai pas raconté. J’ai cherché un conte qui ne soit pas forcément traditionnel, vous les connaissez déjà, et puis un qui ne soit pas trop long. Nous ne sommes pas comme les enfants, lire une histoire de Noël, pourquoi pas, mais à condition que ça ne nous prenne pas tout notre temps… que nous n’avons guère d’ailleurs !

Et voilà qu’un petit bout de chou pose une excellente question, toute pleine de bon sens, comme les enfants savent si bien le faire : “Comment ça se fait qu’il y a toujours quelque chose dans la hotte du Père Noël alors qu’il distribue les cadeaux aux enfants ? Comment il fait ?”

Je serai bien curieuse de savoir la réponse que vous lui feriez ! En voici une, et à mon avis, de loin la meilleure :

La hotte du père noel paulo coelho

La lettre


 La lettre est un évènement à elle toute seule ! Aujourd’hui, qui prend le temps de prendre une feuille de papier, sa plus belle plume et l’envoie par la poste ?

A l’heure des cybercartes et autres e-mails et textos, recevoir une lettre ça change tout. C’est du temps que la personne a passé rien que pour vous, du temps et de l’attention, de l’amour reçu dans une enveloppe que nombre de mains (et machines) ont manipulé pour que nous puissions la lire.

Et écrire, quelle aventure ! Surtout pour des petites mains malhabiles ! D’ailleurs, il n’est pas trop tard pour écrire sa lettre au Père Noël…

Sans titre 3

Le chemin


Nous sommes en route sur ce chemin de l’Avent. Ce temps de l’Avent nous permet de nous préparer à la rencontre.

Ce chemin, sur lequel il nous arrive de trébucher, est-il notre destination ? Ou bien n’est-il qu’un moyen pour nous y emmener ?

Chaque chemin est personnel, nous y mettons nos forces mais aussi nos faiblesses. Parfois, les orages et les tempêtes nous bousculent, nous font perdre nos repères. Le brouillard estompe le paysage et l’on ne sait plus où aller. Et pour couronner le tout, il faut faire vite, toujours plus vite.

Pourquoi ne pas faire une halte avec moi ? Prendre le temps de planter sa tente, de se mettre à l’abri du froid et de la pluie. Faire chauffer un peu d’eau pour un petit café ou même faire réchauffer un bon petit plat, histoire de se réchauffer le coeur.


Et alors que nos mains se réchauffent sur la faïence de la tasse, profiter de cette pause pour ouvrir nos yeux et découvrir ce que le monde recèle de beauté. S’émerveiller devant un petit moineau qui pépie gaiement après avoir trouvé une miette de notre pain, devant ce rayon de soleil qui transperce les nuages.

Voilà un peu de joie retrouvée ! Ouvrons nos yeux, ceux du coeur, et ouvrons nos mains vers l’autre juste pour une pause ou juste comme ça, pour le plaisir.

Venez, il reste de la place, et tout plein de tasses bien chaudes ! Et alors nous pourrons reprendre la route ensemble pour y faire la rencontre la plus importante de notre vie : nous-même !

Un geste


.

Parfois un petit geste vaut mieux que mille mots. Il est des moments dans la vie où recevoir même un sourire nous rend notre dignité d’homme.
.

La solidarité n’est pas un vain mot, ni un mot galvaudé. Dans ces temps difficiles, elle joue un grand rôle. L’important n’est pas toujours d’avoir le dernier truc à la mode, mais d’avoir ce dont on a besoin, l’essentiel et le nécessaire.
.

Partager, aider, cela veut dire aussi aimer. Enfin je crois.

.

 

Posted from WordPress for Windows Phone

Previous Older Entries

Quel temps fait-il chez moi ?

Follow Mariessourire essence d'émotions on WordPress.com

Des mots... des photos... mes envies... au jour le jour, voilà ce que vous trouverez dans mon espace, sans compter l'ouverture de la bibliothèque de mariessourire que vous trouverez ici : http://mariessourire3.wordpress.com/
Bonne visite !

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 341 autres abonnés

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 341 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :